Accéder au contenu principal

Mobilisons-nous pour Tarek El Yahiaoui

Un journaliste Algérien atteint de Spina Bifida menacé d’expulsion de l’hôpital de Strasbourg

Hospitalisé depuis plus d’un mois à Strasbourg, le jeune journaliste Tarek El Yahiaoui, originaire de Mostaganem, est en phase d’expulsion de l’hôpital strasbourgeois où il a été admis en urgence. Atteint de Spina Bifida, lui-même président de l’association algérienne éponyme, il s’est retrouvé  en grande difficulté alors qu’il se rendait à un congrès où il était invité. Muni d’un visa et d’une assurance voyage, il a été admis en urgence absolue. Après plusieurs semaines de prise en charge au niveau de l’hôpital alsacien, la direction de ce dernier l’aurait menacé d’expulsion s’il ne signait pas un engagement de régler une somme que certaines sources évaluent à 40.000 euros. Il s’agit certainement des frais d’hospitalisation ainsi que des honoraires engendrés par une éventuelle opération. Dans son cas, ce serait une opération lourde et certainement onéreuse qu’il n’est pas capable de financer. Il s’avère que la fameuse assurance voyage exigée pour la délivrance d’un visa ne couvre pas ce type d’intervention. Appelé au téléphone, Tarek est dans une situation des plus critiques. Ses collègues et amis de Mostaganem sont désemparés et ne peuvent rien faire sinon alerter les autorités Algériennes et Françaises, ainsi que »Médecins sans frontières » et les associations caritatives afin qu’elles se mobilisent pour trouver une solution à ce jeune homme au courage exemplaire. Selon nos sources, il risque d’être jeté à la rue dès ce lundi 17 décembre, soit 2 jours avant la visite d’Etat du président François Hollande en Algérie. Ceux qui lui ont parlé au téléphone soulignent l’état d’abattement dans lequel il se trouve.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…