Accéder au contenu principal

Mobilisons-nous pour Tarek El Yahiaoui

Un journaliste Algérien atteint de Spina Bifida menacé d’expulsion de l’hôpital de Strasbourg

Hospitalisé depuis plus d’un mois à Strasbourg, le jeune journaliste Tarek El Yahiaoui, originaire de Mostaganem, est en phase d’expulsion de l’hôpital strasbourgeois où il a été admis en urgence. Atteint de Spina Bifida, lui-même président de l’association algérienne éponyme, il s’est retrouvé  en grande difficulté alors qu’il se rendait à un congrès où il était invité. Muni d’un visa et d’une assurance voyage, il a été admis en urgence absolue. Après plusieurs semaines de prise en charge au niveau de l’hôpital alsacien, la direction de ce dernier l’aurait menacé d’expulsion s’il ne signait pas un engagement de régler une somme que certaines sources évaluent à 40.000 euros. Il s’agit certainement des frais d’hospitalisation ainsi que des honoraires engendrés par une éventuelle opération. Dans son cas, ce serait une opération lourde et certainement onéreuse qu’il n’est pas capable de financer. Il s’avère que la fameuse assurance voyage exigée pour la délivrance d’un visa ne couvre pas ce type d’intervention. Appelé au téléphone, Tarek est dans une situation des plus critiques. Ses collègues et amis de Mostaganem sont désemparés et ne peuvent rien faire sinon alerter les autorités Algériennes et Françaises, ainsi que »Médecins sans frontières » et les associations caritatives afin qu’elles se mobilisent pour trouver une solution à ce jeune homme au courage exemplaire. Selon nos sources, il risque d’être jeté à la rue dès ce lundi 17 décembre, soit 2 jours avant la visite d’Etat du président François Hollande en Algérie. Ceux qui lui ont parlé au téléphone soulignent l’état d’abattement dans lequel il se trouve.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…