Accéder au contenu principal

Calife à Tlemcen, martyr à Fès

Au moment où l'Algérie enterre son premier président, n'est-il pas opportun de rappeler certains faits historiques  pas si anciens que ça...voici la vie chevaleresque du dernier calife de l'Emir Abdelkader...trahi par le Sultan du Maroc en application du traité de Tanger liant son pays à la France coloniale...mettant fin à la guerre sainte menée par l'Emir...Abdelkader Ibnou Mahieddine...

La glorieuse vie de Bou Hamidi (1803 ?– 1847)

Abou Abdallah Mohammed Al Bou Hamidi est né vers 1803 dans la tribu des Oulhaças non loin de Béni Saf. Le territoire de la tribu s’étend jusqu’à la frontière Algéro-Marocaine. Pour l’histoire, la première rencontre entre celui qui sera sans doute le plus vaillant et le plus fidèle des Khalifa de l’Emir Abdelkader, et le fils de Mahieddine aura lieu durant leur éducation dans la zaouïa du père de l’Emir. Un peu plus âgé que son compagnon, Bou Hamidi malgré une corpulence fine et élancée, était fort musclé. A l’époque, l’enseignement était essentiellement assuré par les écoles dites coraniques. Cette rencontre allait cimenter entre les deux adolescents une amitié que ni le temps ni les épreuves de la guerre et de l’exil n’allaient entamer. C’est tout naturellement que lorsque l’armée coloniale entama l’occupation de l’Algérie, Bou Hamidi se retrouvera aux cotés de l’Emir afin d’organiser la résistance. Grâce à sa bravoure, sa témérité, sa parfaite maîtrise des armes ainsi que sa grande autorité, il sera fait Khalifa de Tlemcen, sa région natale. Il fera de l’ancienne capitale de Zianides un centre de rayonnement et de noblesse. La ville forte alors de plus de 20.000 âmes sera organisée jusqu’à devenir une importante forteresse et un modèle d’organisation. 

 

C’est de là que partiront les troupes, sous le commandement de Bou Hamidi, à l’assaut des villages et des tribus qui avaient prêté allégeance à l’ennemi. Cavalier redoutable et soldat infatigable, Bou Hamidi participera à toutes les batailles et sera de toutes les victoires. Car son autorité s’étalait en réalité des confins d’Oujda à la plaine de Sfisef, à une vingtaine de kilomètres de Mascara. Cet immense territoire sera le théâtre de nombreuses opérations guerrières. A la tête de près de 10.000 hommes, dont 6000 cavaliers, Bou Hamidi demeura pendant longtemps insaisissable. La guerre éclair qui faisait alors autorité chez l’armée de l’Emir n’avait aucun secret pour ce vaillant guerrier. Les historiens le signaleront dans la plupart des batailles de la région, depuis celle de la Macta en 1835 à celles de la Tafna, de Sidi Yaacoub et de la Sikkak durant l’année suivante. Dès la rupture du traité de la Tafna en 1839, et la proclamation du Djihad, le 18 novembre, à la tête de ses troupes, il sera le premier à reprendre les attaques contre l’armée française mais aussi contre les tribus oranaises qui avaient rejoint l’ennemi. En juin 1840, il s’attaqua à Mesr El Kébir en passant par la plaine des Andalouses. Depuis son quartier général d’El Malah, il poussera l’audace jusqu’aux murs d’Oran. Prônant l’offensive éclaire et le repli stratégique, il fera régner une totale insécurité dans les garnisons de Misserghin. De retour d’El Bordj où il venait de livrer bataille, il poussera l’audace jusqu’à pénétrer à l’intérieur du campement des Douaïrs à portée de canons de la place d’Oran et d’y enlever femmes et enfants. Pendant ce temps, Mustafa Ben Smaïl et ses hommes combattaient aux cotés des troupes d’occupation. C’est ce dernier, promu alors général, aidé de Ben Abdallah des Ouled Sidi Cheikh, qui attaquera Tlemcen. La scission provoquée chez les tribus de la région de Tlemcen allait favoriser l’arrivée de Bugeaud qui quittera Alger le 20 janvier 1842 et dont la troupe entra dans Tlemcen le 31 octobre. Bou Hamidi avait alors évacué la ville emportant ses fidèles vers Sebdou, puis vers l’exil au royaume du Maroc. L’installation de la Déïra d’Abdelkader dans les environs de la Moulouya, au nord d’Oujda ne se passera pas comme pourrait le faire croire l’appartenance à une même religion et à une même communauté. Très vite le sultan du Maroc sera amené par le traité de Tanger –entre la France et le royaume alaouite- à mener la vie dure aux partisans de l’Emir. Le Sultan Moulay Abderrahmane ordonna à ses troupes de harceler ses frères d’hier devenus trop encombrants. C’est ainsi que Bou Hamidi, demeuré jusqu’au bout fidèle à l’Emir aura sa part de vexations et de brimades. Rapidement les évènements s’accélérèrent ce qui incita Abdelkader à envoyer un émissaire auprès du Sultan. Ce fut naturellement vers Bou Hamidi – d’autant que l’Emir enregistrait de nombreuses défections dont celles de ses propres frères, ainsi que celles de Ibn Lahrach et de Berkani- qu’il se tournera. 

Un poème prémonitoire de l'Emir

Au moment du départ, l’Emir eut incontestablement une prémonition qui allait malheureusement se réaliser. Il composera, la voie étranglée par le terrible pressentiment un poème d’adieu à l’intention de la petite troupe. Arrivé à Fès, Bou Hamidi sera arrêté et disparu sans laisser de traces. Personne ne saura ni quand ni comment il sera assassiné dans les geôles du Sultan. Dans l’une de ses dernières missives à Lamoricière, l’Emir Abdelkader le priera de s’intéresser au sort réservé à son ami Bou Hamidi, afin qu’il puisse l’accompagner dans son exil. Cette trahison jettera le redoutable combattant dans les bras de son ennemi naturel, plutôt que de se rendre à un adversaire acharné. Les promesses du général français ne reçurent bien évidemment aucune suite du fait que le sort de Bou Hamidi avait été scellé en ce 3 décembre 1847 lorsqu’il franchit en toute confiance les portes du palais royal de Fès. Sa disparition sonnera le glas de la résistance héroïque du peuple algérien sous la bannière de l’Emir Abdelkader. En cette année du 50ème anniversaire de l’indépendance, nous célèbrerons également le 165ème anniversaire de la disparition de Bou Hamidi. Rappelons que depuis des années, des démarches ont bien été entamées par la fondation Emir Abdelkader pour donner son nom à Fornaka, cette coquette bourgade agricole qui jouxte les marais de la Mactaa. Là où le 28 juin 1835, à la tête des troupes de l’Emir, Bou Hamidi remporta une victoire éclatante sur l’armée du général Trézel. Apparemment sa reconnaissance et sa réhabilitation semblent poser problème quelque part! Il est tout de même bon de rappeler que grâce à un digne fils de la région des Oulhaças, le CEM de la petite bourgade de Louza, qui surplombe les marais de la Macta et la baie d’Arzew, porte le nom de ce vaillant combattant de l’Algérie profonde. C’est le président Bouteflika qui dévoilera la plaque commémorative le matin du 10 février 2004. 

Depuis, le nom de Bou Hamidi, celui qui empoisonne la mémoire des uns et des autres, continue de déranger des deux cotés de la Moulouya…Avant d’embarquer pour Toulon, l’Emir Abdelkader avait vainement attendu le retour de son compagnon des jours de gloire. En effet, dans les ultimes négociations avec la France, il avait été entendu que cette dernière, en se prévalant du fameux traité de Tanger du 10 septembre 1844, - signé un mois après la bataille de l’Isly, où l’armée Française décima, le 14 aout 1844, l’armée de sa majesté- avait promis d’intercéder auprès du sultan Moulay Abderrahmane afin que Bou Hamidi et ses compagnons puissent partir en exil avec l’Emir Abdelkader…


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits