Accéder au contenu principal

Enfin un acte de bravoure nationale...


Energies renouvelables

Signature d'un mémorandum entre Sonelgaz et Desertec Industry Initiative

Un mémorandum d'entente dans le domaine des énergies renouvelables a été signé ce vendredi 9 décembre à Bruxelles entre Sonelgaz et l'entreprise allemande Desertec Industry Initiative (Dii), a indiqué un communiqué du groupe public. Le renforcement des échanges d'expertise technique, l'examen des voies et moyens pour l'accès aux marchés extérieurs et la promotion commune du développement des énergies renouvelables en Algérie et à l'international sont au cœur de ce "partenariat stratégique".

L'entendement a été ratifié par le PDG de Sonelgaz, Noureddine Boutarfa, et son homologue de Dii, Paul Van Son, en présence du Commissaire européen chargé de l'Énergie,  Gunter Oettinger, et du ministre de l'énergie et des mines, Youcef Yousfi.  Il encourage les deux parties à développer leurs coopérations industrielles en matière de ressources et de développement dans les domaines de la fabrication, de l'installation et de l'exploitation des énergies renouvelables.

L'accord a été conclu en marge d'une rencontre de haut niveau entre l'Algérie et l'Union européenne pour le développement d'un partenariat en matière d'énergies renouvelables. Pour le patron de Dii, l'Algérie est le « parfait endroit » pour l'électricité d'origine solaire. « Je suis donc heureux que les autorités algériennes soient déterminées à développer les énergies renouvelables à grande échelle et à créer des industries locales génératrices d'emplois », a‑t‑il dit, lors de la cérémonie de signature de l'accord. Selon lui, l'entendement permettra aux deux entités d'unir leurs forces afin « d'accélérer le développement des énergies renouvelables et le renforcement du réseau pour l'amélioration du mix énergétique en Algérie et en Europe ».      



M. Boutarfa a, pour sa part, affirmé que le développement des énergies renouvelables est un axe « stratégique » pour l'Algérie qui, a‑t‑il rappelé, veut s'engager dans une nouvelle ère énergétique en intégrant dans son mix énergétique près de 40 % d'électricité d'origine renouvelable d'ici 2030. « Si les conditions le permettent, il est même prévu l'exportation de 10 giga watts d'électricité solaire vers l'Europe », a‑t‑il annoncé, signalant que la tenue de ces engagements nécessite des partenariats et des investissements dans l'industrialisation de la filière et le développement du génie local.    

Basée en Allemagne, Dii compte 56 partenaires issus de 15 pays. Faisant sienne la mise en pratique accélérée de la vision Desertec, ses activités se concentrent sur la création d'un marché des énergies renouvelables à échelle industrielle issues d'Afrique du Nord et du Moyen‑Orient d'ici 2050. Dii a choisi le Maroc pour implanter sa première centrale solaire produisant de l’électricité.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…