Accéder au contenu principal

Benali à l’Elysée



Si Benali est aussi bon, pourquoi Sarko ne le prend-t-il pas dans son staff? Lui est capable de créer 300.000 emplois d'ici 2012!!! De quoi donner le tournis au FMI, à la Banque Mondiale, et à Dominique Strauss Kahn « himself » ! ça tombe bien puisque c'est l'année de l'élection présidentielle. Parait-il que contre les islamistes il serait pas mal non plus, d'où le soutien de la France qui en a bien besoin. Rien de plus indiqué que Benali pour casser AQMI, ramener les otages à la maison et assurer le second mandat. Surtout qu'en matière de mandat il s'y connait le bougre, cela fait 23 ans qu'il rempile sans faire sourciller personne. Avec des scores qui feraient pâlir de jalousie les jeunes dictatures africaines et Arabes. En plus ça tombe à point puisqu'en Tunisie son bail est définitivement rompu et il n’est plus sous contrat. Même son épouse l’aurait, à en croire de nombreux internautes Tunisiens, définitivement lâché pour un club du Golfe. Ce qui ne gâte rien c’est que nous sommes encore dans les limites du mercato d’hiver, où les transferts se négocient à coup de millions. L’affaire est très juteuse, d'autant que son ancien club est disposé à le libérer sans contrepartie avec seulement un aller simple sur un vol charter. DSK et les socialistes n'ont qu'à bien se tenir. Le nouveau Benali est en route pour l'hexagone. MAM pourrait même lui servir de fille d'honneur entre Carthage et l'Elysée, elle qui n'a pas manqué d'offrir ses services pour mater la rébellion de ses anciens sujets. En plus l’ami Mitterand, qui dispose d’une résidence secondaire à Hammamet comme chacun sait serait bien avisé de renvoyer l’ascenseur en organisant un concert de bienvenue au stade de France avec Hatem Benarfa en vedette américaine, ça le sortira un peu de son hibernation forcée sur les rives ténébreuses de la Tamise. Même Johnny pourrait s’associer à la fête afin de renouer avec la Sarkozie qui en a bien besoin. Rien ne vaut un dictateur pour secouer ce bon peuple de France, dont les tentations putschistes ne sont un secret pour personne !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…