Accéder au contenu principal

Une Gerboise à la Mosquée



La France est toujours à In Ekker…
Il n’y a plus aucun doute possible et encore moins recevable, la France coloniale n’a pas encore quitté l’Algérie. Oui c’est vrai que les forces de l’ordre, les Harkis - enfin pas tous, il en reste un bon paquet-, les pieds-noirs, même les plus braves d’entre eux – c’est sincère et j’en connais- ont plié bagage dès la signature du cessez-le-feu, le 18 mars 1962. Des accords qui ont mis fin à la guerre, mais qui ont omis de mettre fin aux souffrances. C’est justement à travers l’appel d’un vieux Targui, entendu cet après midi dans la dernière séquence de l’excellent et néanmoins troublant film de Larbi Benchiha « « L’Algérie, De Gaulle et la bombe nucléaire »…ce vieux Targui qui a travaillé dans le site de In Ekker, non loin de Tamanrasset, dans un Français impeccable – suivez son regard- en appelle tout simplement à l’humanité «  afin qu’elle mette fin à toute l’industrie militaire nucléaire. Qu’importe notre vie, nos souffrances, pour nous c’est terminé, mais pour nos enfants, pour les générations à venir, nous devons mettre un terme à cette bombe…manifestement, lui savait mieux que quiconque combien les populations algériennes de ces no man’s land des confins saharien sont souffert et continueront de souffrir…si rien n’est fait pour interdire l’accès à toutes les zones contaminées pour encore des milliers d’années…si rien n’est fait pour entamer dans les meilleurs délais une décontamination incontournable à laquelle ni la France coloniale, ni l’Algérie Algérienne ne peut se soustraire. Dans son documentaire de 52 minutes, Larbi Benchiha a retrouvé de nombreux témoins directs de cette époque, ceux qui ont été directement confrontés aux irradiations. A l’aide d’images puisées aux meilleures sources, il nous a montré l’horreur dans toute son étendue. Avec un courage exemplaire, on peut même le qualifier d’insensé, le réalisateur, accompagné d’un technicien et d’un ancien militaire, s’est avancé jusque vers le magma nucléaire obligeant le compteur Geiger à saturer….5.000…10.000…20.000… égrène la voie du technicien qui s’avance à petits pas dans ce désert de la mort…sans aucune protection, sans aucune retenue…ça y est, l’appareil sature souligne la voix…sous nos yeux, de la roche en bouillie, totalement pétrifiée…c’est dire que la chaleur a été d’une telle intensité que même le granit saharien s’est à fondre comme beurre au soleil…puis reviennent ces images d’archives où l’on entend une voie off, certainement celle d’un commentateur radio venu couvrir l’évènement en direct…puis soudain, alors que la montagne se mettait à fondre, un nuage apparait sous les yeux pétrifiés des techniciens qui prennent peur…une fuite que personne n’attendait, aidée par des vents défavorables et c’est la grosse panique sur la base d’In Ekker…très vite, le nuage de poussière noire gonfle et se dirige vers la bâtisse de contrôle…les militaires tentent d’obtenir des instructions, mais il se rendent à l’évidence le PC ne réponde plus…la panique est son comble et les images montrent un convoi militaire filant à toute allure loin du lieu de la catastrophe…deux ministres qui étaient venus spécialement de Paris- dont Pierre Mesmer alors ministre de la défense-sont également pris dans le nuage…le réalisateur fait alors défiler des images de coupures de journaux de l’époque…il y en avait que pour Mesmer et son collègue…nulle part il n’a été fait mention des soldats Français, et encore moins des indigènes et des populations nomades que personne n’aura songé à éloigner…Puis la caméra revient en direct et il est loisible de constater que le territoire est totalement ouvert aux quatre vents…des témoins racontent que les câbles électriques ont été récupérés et vendu au artisans Marocains…qui en ont fait des pendentifs, lesquels pendentifs ont été refilés aux touristes Français, les descendants de Mesmer, de Mitterrand, de Joxe et de Guillaumat…du coup, le plutonium qui sévit sans vergogne à In Ekker, sévit aussi à Paris…peut être même dans le ryad de DSK ou de Sarko à Marrakech…comme quoi, le Targui de Larbi Benchiha sait de quoi il parle…le plutonium de Gerboise Bleue et de ses 17 sœurs est partout dans le monde…mais c’est dans le Sahara Algérien qu’il fait le plus de mal…A ceux qui croient en leur salut par l’érection d’une mosquée, combien même payée sur nos ressources, qu’ils sachent que jamais les Algériens ne se résoudront à oublier le mal pernicieux que nos cellules souches germinales, les ovules de nos femmes et les spermatozoïdes de nos males, n’ont pas d’autres choix que de s’offrir en cible à ces irradiations…que tant que ces zones n’ont pas été décontaminées avant d’être interdites, le mal persistera durant des milliers d’années…d’aucuns, durant le débat singulier qui a suivi la projection, se sont évertués à exiger seulement que l’on dise la vérité aux Algériens…Questionné par Med Kali, le réalisateur dira simplement que son film a été sous titré et traduit en 15 langues, qu’il a été projeté à Hiroshima sans amours, que même les aborigènes d’Australie l’ont applaudis autant que les kangourous…mais qu’en Algérie, tout est fait pour que le film reste dans le tiroir du patron de la TV publique…A défaut d’entreprendre quelque chose qui ressemblerait à du travail sérieux et responsable de décontamination, faites au moins savoir à votre peuple qu’il encoure des dangers réels mais pernicieux…dites lui au moins cette vérité, sinon, construisez une mosquée à In Ekker…nos frères Touarègues pourront au moins se souvenir que ce pays qu’ils chérissent tant a pensé à eux…pour la prière de l’absent…Après, on pourra toujours pérorer sur le 60ème anniversaire de Novembre et sur le 52ème de l’indépendance…mais il n’y a jamais eut d’indépendance…la France coloniale continue de faire du mal à ce peuple…L’Australie elle a obtenu que les sites nucléaires contaminé par la Grande Bretagne soient décontaminés…je comprends pourquoi, pendant longtemps, mes compatriotes migraient vers ce lointain pays…c’était pour fuir Gerboise et ses 17 sœurs…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…