Accéder au contenu principal

La Chine au chevet de l'Afrique

Le développement de l'économie chinoise pourrait-il profiter à l'Afrique? Oui! à condition que les Africains le veulent et l'imposent à leurs partenaires asiatiques. Voici une subtile illustration des défis qui attedent le continent Africain dont le potentiel agricole, énergétique et minier en a fait une terre de prédilection pour le colonialisme....comment faire pour que les Chinois soient des partenaires moins voraces?   
  Le rôle de la Chine dans l’agriculture africaineSource: Centre international pour le commerce et le développement durable (9 septembre 2013)
Auteur: Donald L. Cassell
 
Dans cet article, Donald L. Cassell, Chercheur principal et Directeur des Initiatives libériennes à Sagamore Institute, aux Etats-Unis, cherche à déterminer si l’engagement de la chine dans l’agriculture africaine représente une opportunité pour le continent. Il en arrive à la conclusion que la gestion de cet engagement par l’Afrique sera cruciale pour maximiser les opportunités et minimiser les défis. Cassell affirme que l’agriculture africaine connait un fléchissement depuis des décennies, mais que la Chine pourrait jouer un rôle déterminant pour renverser cette tendance. Ce pays est déjà le plus gros partenaire commercial de l’Afrique. Selon Cassel, la Chine considère sa démarche en Afrique comme nouvelle et révolutionnaire, et présente sa réussite aux pays africains comme un modèle. Depuis 1978, la Chine a réduit la pauvreté de sa population de plus de 60 pour cent à moins de 7 pour cent. Cependant, elle a ses propres besoins en matière de sécurité alimentaire, et l’Afrique pourrait occuper une place prépondérante dans son projet à long terme pour faire face à ces besoins. Elle précise toutefois que ce qui l’intéresse c’est la sécurité alimentaire mondiale, et non la production alimentaire en Afrique à des fins d’exportation en Chine. Cassell souligne : « L’engagement de la Chine dans l’agriculture africaine, tout comme son engagement auprès du reste de l’Afrique, représente peut-être la plus grande opportunité dans toute l’histoire de l’Afrique. La Chine a fait plus pour réduire la pauvreté en Afrique que tout ce que le colonialisme a jamais essayé de faire, ou que les initiatives des partenaires traditionnels. L’engagement de la Chine pourrait être plus significatif si les africains veillent à bien le gérer. Les décideurs africains doivent définir clairement leurs objectifs de développement et s’engager avec la Chine en ne perdant pas de vue ces objectifs… L’Afrique doit faire preuve de sagesse en étant proactive et non passive dans son partenariat avec la Chine. C’est dans l’intérêt supérieur de l’Afrique »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…